AccueilQuestions et réponsesPourquoi le Fils de Dieu s’est-il fait Homme ?
Questions et réponses

Pourquoi le Fils de Dieu s’est-il fait Homme ?

Mots: Doctrine, Année de la Foi
1. Pourquoi le Fils de Dieu s’est-il fait Homme ?

Scène de l’Annonce de l’Ange Gabriel. Retable du sanctuaire de Torreciudad (Huesca, Espagne)
Scène de l’Annonce de l’Ange Gabriel. Retable du sanctuaire de Torreciudad (Huesca, Espagne)
Je crois en Jésus-Christ, le Fils unique de Dieu, qui a été conçu du Saint-Esprit, est né de la Vierge Marie », dit le Credo.

C’est par le péché de nos premiers parents que nous avons perdu notre amitié avec Dieu et que la voie du Ciel a été fermée. Or, « Dieu nous a aimés et Il a envoyé son Fils en propitiation pour nos péchés » (1 Jn 4, 10). ).

Jésus-Christ s’est incarné —s’est fait homme— pour nous sauver en nous réconciliant avec Dieu. « En effet, Dieu a tant aimé le monde qu’il lui a donné son Fils unique, afin que celui qui croit en lui ne périsse pas mais ait la vie éternelle » (Jn 3, 16). : « À ceci nous avons connu l’amour que Dieu a pour nous : à ce que Dieu a envoyé son Fils unique au monde afin que nous vivions par Lui » (1 Jn 4, 9).
Catéchisme de l’Église catholique, 456-459

Contempler ce mystère

Il nous faut regarder l’enfant, notre Amour, dans son berceau. Et il nous faut le regarder en nous sachant devant un mystère. Nous devons, par la foi, accepter ce mystère et, par la foi également, en approfondir le contenu. Et pour cela, nous avons besoin des dispositions d’humilité d’une âme chrétienne — ne pas vouloir réduire la grandeur de Dieu à nos pauvres concepts, à nos explications humaines, mais comprendre que ce mystère, dans son obscurité, est une lumière qui guide la vie des hommes.
Quand le Christ passe , 13

L’amour divin est à l’origine du fait que la seconde Personne de la Sainte Trinité, le Verbe, le Fils de Dieu le Père, prenne chair, c’est-à-dire assume notre condition humaine en tout, hormis le péché. Et le Verbe, la parole de Dieu, est Verbum spirans amorem, la Parole dont procède l’Amour.

L’amour se révèle à nous dans l’Incarnation, dans le cheminement rédempteur de Jésus-Christ sur cette terre, jusqu’au sacrifice suprême de la Croix.
Quand le Christ passe , 162

Iesus Christus, Deus Homo, Jésus-Christ Dieu-Homme. C’est là une des magnalia Dei, une des merveilles de Dieu, que nous devons méditer et dont nous devons remercier ce Seigneur qui est venu apporter la paix sur la terre aux hommes de bonne volonté, et à tous les hommes qui veulent unir leur volonté à la Volonté suprêmement bonne de Dieu: pas seulement aux riches et aux pauvres mais à tous les hommes, à tous nos frères! car nous sommes tous frères en Jésus, fils de Dieu, frères du Christ: sa Mère est notre Mère.
Quand le Christ passe, 13


Scène de la Nativité, retable du sanctuaire de Torreciudad (Huesca, Espagne)
Scène de la Nativité, retable du sanctuaire de Torreciudad (Huesca, Espagne)
2. Pourquoi Jésus est-il dit Jésus-Christ ?


Le Catéchisme reprend les données de la Sainte Écriture sur le nom de Jésus. L’ange dit à la Sainte Vierge quel serait le nom de l’enfant qui serait conçu du Saint-Esprit : le nom de Jésus signifie " Dieu qui sauve ". L’enfant né de la Vierge Marie est appelé " Jésus " " car c’est Lui qui sauvera son peuple de ses péchés " (Mt 1, 21) : " Il n’y a pas sous le ciel d’autre nom donné aux hommes par lequel il nous faille être sauvés " (Ac 4, 12). Christ vient de la traduction grecque du terme hébreu « Messie » qui veut dire « oint ». C’est le nom propre de Jésus parce qu’il accomplit parfaitement la mission divine que cette parole signifie. Jésus est le Christ. Il est « celui qui doit venir » (Lc 7, 19), l’objet de « l’espérance d’Israël (Ac 28, 20). Pour être chrétien il faut croire que Jésus-Christ est le Fils de Dieu (cf. Ac 8, 37; 1 Jn2, 23).
Cathéchisme :436, 453-454

Contempler le mystère

Jésus s'est anéanti, en prenant la forme d'un esclave.. Il s'est humilié lui-même, se faisant obéissant jusqu'à la mort, et à la mort sur une Croix. C'est pourquoi Dieu L'a exalté et Lui a donné un nom qui est au-delà de tout nom
N’aie plus peur d’appeler le Seigneur par son nom – Jésus— et de lui dire que tu l’aimes.
Chemin,303

Comme elle m'a réjoui, l'épître de ce jour! L'Esprit Saint, par l'intermédiaire de saint Paul, nous apprend le secret de l'immortalité et de la Gloire. Nous tous, les hommes, nous ressentons le désir de durer sans fin.
Nous voudrions rendre éternels les instants de notre vie que nous estimons heureux. Nous voudrions glorifier notre mémoire... Nous voudrions que nos idéaux soient immortels. C'est pourquoi, dans les moments de bonheur apparent, lorsque nous avons quelque chose qui console notre détresse, nous disons et désirons tous (et c'est naturel), que ce soit "pour toujours, pour toujours"...
Quelle sagesse que celle du démon! Comme il connaissait bien le coeur humain! Vous serez comme des dieux, a-t-il dit à nos premiers parents. Or ceci n'a été qu'une cruelle tromperie. Saint Paul, dans cette épître aux Philippiens, nous livre le secret divin de l'immortalité et de la Gloire: Jésus s'est anéanti, en prenant la forme d'un esclave.. Il s'est humilié lui-même, se faisant obéissant jusqu'à la mort, et à la mort sur une Croix. C'est pourquoi Dieu L'a exalté et Lui a donné un nom qui est au-delà de tout nom: afin qu'au nom de Jésus, tout genou fléchisse aux Cieux, sur la terre et dans les enfers...
Forge, 1021
Détail de la scène de la Crucifixion, retable du sanctuaire de Torreciudad (Huesca, Espagne)
Détail de la scène de la Crucifixion, retable du sanctuaire de Torreciudad (Huesca, Espagne)

3. Que signifie le mystère de l’Incarnation ?


En partant de la phrase de saint Jean « le verbe s’est fait chair » : Jn 1, 14, l’Église appelle « Incarnation » le fait que le Fils de Dieu ait assumé la nature humaine pour réaliser à travers elle notre salut.
L’Église confesse ainsi que Jésus est inséparablement vrai Dieu et vrai Homme. Il est vraiment le Fils de Dieu qui s’est fait homme, qui est devenu notre frère sans cesser pour autant d’être Dieu, notre Seigneur : « Sans cesser d’être ce qu’il a été, il a assumé ce qu’il n’était pas », dit la liturgie.
Le Fils de Dieu a travaillé avec ses mains d’homme, a pensé avec son intelligence d’homme, a agi avec sa volonté d’homme, a aimé avec son cœur d’homme. Né de la Vierge Marie, il est devenu vraiment l’un de nous, en tout semblable à nous hormis le péché »
Catéchisme de l’Église catholique : 461-470

Scène de l’Atelier de Nazareth, retable du sanctuaire de Torreciudad (Huesca, Espagne)
Scène de l’Atelier de Nazareth, retable du sanctuaire de Torreciudad (Huesca, Espagne)
Contempler le mystère

Quand la Vierge répondit oui, librement, aux desseins que le Créateur lui révélait, le Verbe divin assuma la nature humaine : l’âme rationnelle et le corps formé dans le sein très pur de Marie. La nature divine et la nature humaine s’unissaient dans cette unique Personne : Jésus-Christ, vrai Dieu et dès lors vrai Homme ; Fils Unique éternel du Père et, à partir de ce moment, en tant qu’Homme, véritable fils de Marie : c’est pourquoi Notre Dame est Mère du Verbe incarné, de la Seconde Personne de la Très Sainte Trinité qui a faite sienne pour toujours, sans confusion, la nature humaine.
Amis de Dieu, 274

Le Fils de Dieu s’est fait chair et il est perfectus Deus, perfectus homo, Dieu parfait et homme parfait. Il y a dans ce mystère quelque chose qui devrait émouvoir les chrétiens. J’en fus et j’en demeure ému: j’aimerais retourner à Lorette. J’y vais, par la pensée, revivre les années d’enfance de Jésus, en répétant et en considérant que hic Verbum caro factum est.

Jesus Christus, Deus Homo, Jésus-Christ Dieu-Homme. C’est là une des magnalia Dei, une des merveilles de Dieu, que nous devons méditer et dont nous devons remercier ce Seigneur qui est venu apporter la paix sur la terre aux hommes de bonne volonté, et à tous les hommes qui veulent unir leur volonté à la Volonté suprêmement bonne de Dieu: pas seulement aux riches et aux pauvres mais à tous les hommes, à tous nos frères! car nous sommes tous frères en Jésus, fils de Dieu, frères du Christ: sa Mère est notre Mère.
Quand le Christ passe, 13


4. Prier devant des représentations de Jésus, devant la Crèche, a-t-il un sens ?

Scène de la Crucifixion. Retable du sanctuaire de Torreciudad (Huesca, Espagne)
Scène de la Crucifixion. Retable du sanctuaire de Torreciudad (Huesca, Espagne)
Étant donné que le Verbe s’est fait chair en assumant une vraie humanité, on est en mesure de dessiner « la face humaine de Jésus » (Ga 3,2). Le septième concile œcuménique de l’Église reconnut que sa représentation sur des images saintes est légitime.
L’Église a toujours admis que Dieu « invisible dans sa nature, est devenu visible » dans le corps de Jésus. (Missel Romain, Préface de Noël). En effet, les particularités individuelles du corps du Christ expriment la personne divine du Fils de Dieu ; Il a fait siens les traits de son corps humain au point que, représentés sur une image sainte, ils puissent être vénérés car le croyant qui vénère son image « vénère la personne qui y est représentée ».
Catéchisme de l’Église Catholique, 475-477

Contempler ce mystère

Lorsque Noël arrive, j’aime contempler les représentations de l’enfant Jésus. Ces images qui nous montrent l’anéantissement du Seigneur, me rappellent que Dieu nous appelle, que le Tout-Puissant a voulu se présenter démuni, qu’Il a voulu avoir besoin des hommes. Dès le berceau de Bethléem, le Christ me dit, et te dit, qu’Il a besoin de nous; Il nous invite à mener une vie chrétienne, sans ménagements, une vie de générosité, de travail, de joie.
Dès le berceau de Bethléem, le Christ me dit, et te dit, qu’Il a besoin de nous; Il nous invite à mener une vie chrétienne, sans ménagements, une vie de générosité, de travail, de joie.

Grandeur d’un Enfant qui est Dieu : son Père est le Dieu qui a fait les cieux et la terre, et Lui est là, dans une mangeoire, quia non erat eis locus in diversorio, parce qu’il n’y avait pas un autre endroit sur terre pour accueillir le maître de tout lecréé.
Quand le Christ passe , 18

En parlant devant la Crèche, j’ai toujours tâché de contempler le Christ Notre Seigneur emmailloté dans des langes, sur la paille d’une mangeoire; et lorsqu’Il est encore enfant et ne parle pas encore, de voir en Lui le Docteur et le Maître. J’ai besoin de Le considérer ainsi, car je dois L’écouter. Et pour écouter ce qu’Il a à me dire, il me faut m’efforcer de connaître sa vie: lire le Saint Évangile, méditer ces scènes que le Nouveau Testament nous rapporte, afin de pénétrer le sens divin du passage de Jésus sur cette terre.
Quand le Christ passe,14