AccueilSaint JosémariaPour parler avec DieuSaint Joseph, Père et Seigneur
Saint Josémaria
Textes de saint Josémaria

Saint Joseph, Père et Seigneur

Mots: Foi, Fidélité, Prière, Piété, Saint-Joseph
En la fête de Saint Joseph, le 19 mars, voici quelques textes de saint Josémaria pour parler avec Dieu par l’intercession du saint patriarche. Ces extraits sont en pdf pour les télécharger et à fin d’être en mesure de prier partout et en tout lieu.

Saint Joseph, Père du Christ, est aussi ton Père et Seigneur. — Aie recours à lui.
Chemin, 559

Notre Père et Seigneur Saint Joseph est Maître en vie intérieure. —Mets-toi sous sa protection et tu sentiras l’efficacité de son pouvoir.
Chemin, 560

Dans le livre de sa vie, sainte Thérèse d’Avila dit de saint Joseph : « Si vous ne trouvez pas de maître qui vous enseigne l’oraison, prenez ce glorieux saint pour guide et vous ne vous égarerez pas en chemin. » — C’est le conseil d’une âme expérimentée. Suis-le.
Chemin, 561

Prie Sainte Marie, ta Mère, saint Joseph, ton Ange Gardien… Demande-leur de s’adresser au Seigneur et de lui dire que ce que, dans ta maladresse, tu n’arrives pas à exprimer.
Forge, 272

Saint Joseph : on ne saurait aimer Jésus et Marie sans aimer le Saint Patriarche.
Forge, 551.

Il y a tant de raisons pour vénérer saint Joseph et pour apprendre de sa vie: il fut un homme fort dans la foi qui fit vivre sa famille, Jésus et Marie, par son travail acharné, qui veilla sur la pureté de Marie, son épouse, qui respecta et aima la liberté de Dieu qui non seulement avait choisi la Vierge comme Mère, mais l’avait aussi élu comme Époux de Sainte Marie.
Forge, 552

Saint Joseph, notre Père et Seigneur, toi, très chaste, très pur, qui as mérité de porter l'Enfant Jésus dans tes bras, de prendre soin de lui, et de le serrer dans tes bras, apprends-nous à entourer notre Dieu, à être purs et dignes d'être d'autres Christs. Et aide-nous à tracer et à montrer, comme le fit le Christ, les chemins divins, cachés et lumineux, pour dire aux hommes que, sur terre, ils peuvent être continuellement sur terre d’une efficacité extraordinaire.
Forge, 553

Aime beaucoup saint Joseph. Aime-le de toute ton âme, car, avec Jésus, c'est lui qui a le plus aimé Sainte Marie, qui a été le plus proche de Dieu et qui l'a le plus aimé, après notre Mère.— Il mérite bien ton affection, et tu as intérêt à t’en approcher car c’est un Maître de vie intérieure, très puissant auprès du Seigneur et de la Mère de Dieu.
Forge, 554

Et si nous fléchissons, recourons à l’amour de Sainte Marie, Maîtresse de prière et à saint Joseph, notre Père et Seigneur, que nous vénérons tant, car c’est lui qui, en ce monde, a le plus intimement entouré la Mère de Dieu et, après Elle, son divin Fils. C’est eux qui montreront notre faiblesse à Jésus pour qu’il en fasse notre force
Amis de Dieu, 255

L'Église tout entière reconnaît en saint Joseph son protecteur et son patron. On a parlé de lui tout au long des siècles, en soulignant divers aspects d’une vie de fidélité continuelle à la mission que Dieu lui avait confiée. C’est pourquoi, depuis bien des années, il me plaît de l’invoquer sous le titre affectueux de Notre Père et Seigneur.
Saint Joseph est vraiment Père et Seigneur. Il protège et accompagne dans leur chemin sur terre ceux qui le vénèrent, comme il a protégé et accompagné Jésus enfant et adolescent. En le connaissant mieux, on découvre que le saint Patriarche est aussi maître de la vie intérieure, car il nous apprend à connaître Jésus, à vivre avec Lui, et nous fait découvrir que nous appartenons à la famille de Dieu. Tout cela, saint Joseph nous l’apprend en étant un homme ordinaire comme il le fut, un père de famille, un travailleur qui gagnait sa vie à la sueur de son front; et cela aussi a un sens, un sens qui nous fait réfléchir et nous remplit de joie.
Quand le Christ passe, 39

La Sainte Écriture nous dit que Joseph était artisan; plusieurs Pères de l'Église ajoutent qu’il était charpentier, et saint Justin, en parlant de la vie de travail de Jésus, affirme qu’il faisait des charrues et des jougs. C’est peut-être en se fondant sur ces dires que saint Isidore de Séville en conclut qu’il était forgeron. De toute façon, c’était un artisan qui travaillait au service de ses concitoyens et dont l’habileté était le fruit d’années de durs efforts.
La forte personnalité humaine de Joseph se détache des récits évangéliques: il n’apparaît jamais comme un homme timide ou craintif devant la vie; il sait au contraire faire face aux problèmes, sortir des situations difficiles et assumer avec responsabilité et initiative les taches qui lui sont confiées.
Je ne suis pas d’accord avec l’iconographie classique qui représente saint Joseph comme un vieillard, même si elle s’explique par l’excellente intention de mettre en valeur la virginité perpétuelle de Marie. Moi, je me l’imagine jeune, fort, avec quelques années de plus que la Vierge peut-être, mais dans la plénitude de l’âge et des forces humaines.
Pour vivre la vertu de la chasteté, il n’est pas nécessaire d’attendre d’être vieux ou de manquer de force. La chasteté naît de l’amour et, pour un amour pur, la force et la joie de la jeunesse ne sont pas un obstacle. Saint Joseph était jeune, de cœur et de corps, quand il épousa Marie, quand il connut le mystère de sa Maternité divine et vécut près d’Elle, en respectant l’intégrité que Dieu voulait léguer au monde comme un signe de plus de sa venue parmi les créatures. Qui ne sait pas comprendre un tel amour est bien ignorant de ce qu’est l’amour véritable, et méconnaît le sens chrétien de la chasteté.
Quand le Christ passe, 40

Joseph était en effet un homme ordinaire, auquel Dieu fit confiance pour accomplir de grandes choses. Il sut vivre comme le Seigneur le lui demandait tous les événements qui composèrent sa vie, et c’est pourquoi la Sainte Écriture loue Joseph en disant qu’il était juste. Pour un Hébreu, juste veut dire pieux, serviteur irréprochable de Dieu, fidèle à la volonté divine; par ailleurs, juste veut dire bon et charitable avec le prochain En un mot, le juste est celui qui aime Dieu et démontre cet amour en accomplissant ses commandements au service de ses frères, les hommes.
Quand le Christ passe, 40

Joseph s’abandonna sans réserve entre les mains de Dieu, toutefois il ne refusa jamais de chercher à comprendre le sens des événements: aussi put-il obtenir du Seigneur ce qui est la véritable sagesse, le don d’intelligence des œuvres de Dieu. Il apprit ainsi que les plans surnaturels ont une cohérence divine, parfois en contradiction avec les plans humains.
Le Patriarche ne renonce pas à penser, dans les diverses circonstances de sa vie; il n’abandonne pas non plus ses responsabilités; il met au contraire toute son expérience humaine au service de sa foi. Quand il revint d'Égypte, apprenant qu’Archélaüs régnait sur la Judée à la place d’Hérode son père, il craignit de s’y rendre . Il a appris à agir selon le plan divin et, pour confirmer que ce qu’il entrevoit est la volonté de Dieu, il reçoit l’indication de se retirer en Galilée.
Telle fut la foi de saint Joseph: totale, confiante, entière; elle se manifeste par une obéissance intelligente et une soumission active à la volonté de Dieu. Et, avec la foi, la charité, l’amour. Sa foi se confond avec l’amour: avec l’amour de Dieu, qui était en train d’accomplir les promesses faites à Abraham, à Jacob et à Moïse; avec son affection d’époux envers Marie, avec son affection de père envers Jésus. Foi et amour, dans l’espérance de la grande mission que Dieu, en se servant aussi de lui, charpentier de Galilée, entreprenait dans le monde: la Rédemption des hommes.
Quand le Christ passe, 42

Foi, amour et espérance: tels sont les axes de la vie de saint Joseph et ceux de toute vie chrétienne. Un amour fidèle, une foi aimante, une espérance pleine de confiance, semblent constituer la trame de la générosité de saint Joseph. C’est pourquoi sa fête est une bonne occasion pour nous de renouveler notre don dans cette vocation chrétienne, que le Seigneur a accordée à chacun.
Quand le Christ passe, 43

A Nazareth, Joseph était sans doute l’un des rares artisans, s’il n’était pas le seul. Charpentier, probablement; mais, comme il arrive habituellement dans les petits villages, il devait réaliser d’autres taches: mettre en route le moulin en panne, ou réparer les fissures d’un toit avant l’hiver.
Sans aucun doute, Joseph, grâce à un travail soigné, tirait d’embarras bien des gens. Son travail professionnel avait pour but de servir et de rendre la vie agréable aux autres familles du village; il s’accompagnait d’un sourire, d’un mot aimable, d’un commentaire, fait comme en passant, mais qui rendait la foi et la joie à ceux qui étaient sur le point de les perdre.
Quand le Christ passe, 51

Joseph fut, sur le plan humain, le maître de Jésus. Il l’entoura, jour aptes jour, d’une affection délicate, il prit soin de Lui avec une abnégation joyeuse. N’est-ce pas là une bonne raison pour considérer cet homme juste, ce saint Patriarche, en qui culmine la foi de l’Ancienne Alliance, comme un maître de vie intérieure ? La vie intérieure n’est rien d’autre qu’un rapport assidu et intime avec le Christ pour nous identifier à Lui. Et Joseph saura nous dire bien des choses de Jésus! C’est pourquoi, vous ne devez jamais négliger de le fréquenter : Ite ad Joseph, comme l’a répété la tradition chrétienne par une phrase de l’Ancien Testament.
Maître de vie intérieure, travailleur acharné à sa tache, serviteur fidèle de Dieu, en relation constante avec Jésus, tel fut Joseph. Ite ad Joseph. Avec Saint Joseph, le chrétien apprend ce que signifie être de Dieu, et être pleinement parmi les hommes en sanctifiant le monde. Entourez Joseph, et vous rencontrerez Jésus. Fréquentez Joseph, et vous rencontrerez Marie, qui a toujours rempli de paix l’attachant atelier de Nazareth.
Quand le Christ passe, 56