AccueilTémoignages
Témoignages

Grâce au Pape et à “Chemin”

Christian Wilke, infirmier dans une prison de délinquants qui ont de graves délits à purger, a toujours vécu dans une région de l’ancienne RDA, à l’est de l’Allemagne. Il est coopérateur de l’Opus Dei.

29 avril 2010

Je n’avais eu aucun contact avec l’Église catholique avant le 19 avril 2005. Ce jour-là, je fêtais mes 23 ans et à 18 h, un oncle m’appela pour me souhaiter bon anniversaire. Il me dit qu’un Allemand venait d’être élu pape et que je pouvais le voir à la télévision. Puis, il raccrocha.

[lire la suite...]

L´allant humain de saint Josémaria

Jorge Molinero, vicaire de l´Opus Dei à Valencia, en Espagne

23 avril 2010

"J´ai été très proche de lui et durant toutes ces années j´ai souri et pu rire en profitant de l´allant humain de saint Josémaria Escriva, fondateur de l´Opus Dei. Se savoir fils de Dieu, percevoir qu´il était dans ses mains tendres et puissantes, aimer passionément les choses créées, à commencer par les personnes et admirer tout ce que les hommes font de bon, tout cela comblait son âme d´une joie mystérieusement compatible avec les grandes souffrances que le Seigneur permet souvent et qui s´acharnent sur la vie des saints"

[lire la suite...]

Il m’a fait réaliser que la liberté existe dans l’Église catholique

Rolf Herold, professeur de Physique et de Mathématique, Forchheim, Allemagne

9 avril 2010

Escriva m’a appris quelque chose d’incroyable pour moi: il y a la liberté dans l’Église. J’avais les a priori de circonstance sur l’Église catholique: le lavage de cerveau, les pressions, les œillères… avec les écrits d’Escriva et les cassettes de ses réunions, j’ai pressenti ce que j’allais découvrir par la suite: l’amour de la liberté gît dans ses propos. Escriva aimait la liberté autant que Dieu l’aime.

Anthony Muheria, Éveque de Kitui (Kenya)

L’Église se doit ici de favoriser tout type de rencontres entre des gens très différents, de ne jamais rejeter qui que ce soit. Saint Josémaria Escriva disait, à bon escient, qu’il n’y a qu’une seule race, celle des enfants de Dieu.

Kenya, 23 mars 2010

Les enseignements du fondateur de l’Opus Dei m’encouragent dans mon travail. Il sut promouvoir tant d’initiatives sociales qu’il m’interpelle et m’aide à vivre la justice dans la charité.


[lire la suite...]

Rolland Joffé

Rolland Joffé réalisateur et producteur du cinema

27 février 2010

Rolland Joffé est le réalisateur et coproducteur du film There be Dragons, bientpot en salle et dont Saint Josémaria, fondateur de l’Opus Dei, est l’un des protagonistes. Anglais, né à Kensington le 17 novembre 1945, il a réalisé de nombreux films phare : « The Mission », « La Déchirure », « La Cité de la joie ».

[lire la suite...]

Card. Franz König, Evêque émérite de Vienne

Une largeur d’esprit rayonnante

26 février 2010

J’ai connu le saint Escriva de Balaguer à Rome pendant le Concile Vatican II. On m’avait dit qu’il donnait beaucoup d'importance aux laïcs dans la vie quotidienne, dans les professions, pour arriver à ce que l’Église agisse dans le monde à travers les laïcs, dépourvus de “col romain et de ceinture épiscopale”.

[lire la suite...]

Le hula-hula en quête de sainteté

Jane Reckart, mère de six enfants, diplômée ingénieur de l’université de Stanford.

18 février 2010

Un garçon très catholique

Tout ce que je sais sur le catholicisme, je l’ai appris de différentes personnes de l’Opus Dei. Je faisais mes études d’ingénieur à Stanford lorsque j’ai trouvé l’homme de ma vie, devenu mon mari par la suite. Il était de l’Opus Dei, mais avec la naïveté de mes 18 ans, il n’était pour moi qu’un « garçon très catholique »et je n’ai pas voulu faire un blocage sur ce qui, de toute évidence, était très important pour lui.

[lire la suite...]

Si Dieu est mon père…, il ne peut pas me laisser tomber maintenant !

Virginia, avocate, a trois enfants. Elle est coopératrice de l’Opus Dei et elle envoie de Hong Kong le récit de l’intercession de saint Josémaria pour son fils malade

1 janvier 2010

Mon fils Guillaume a une agénésie totale du corps calleux. Ceci a été diagnostiqué pendant ma grossesse et le tableau s’est tellement aggravé que j’ai vécu pendant des mois dans l’angoisse et l’incertitude.

[lire la suite...]

Pas de quoi d’être triste

Pierluigi Bartolomei, professeur de l'école de formation du Centre Elis, Rome

2 novembre 2009

Josémaria Escriva était un homme gai. Pour s'en rendre apercevoir, il suffit de voir les films de ses rencontres avec différentes personnes durant lesquels il était toujours disposé à offrir un sourire et une espérance. On peut se demander quel est le secret de sa constante bonne humeur.

[lire la suite...]

Entretien avec Rosalia Lopez

Pendant que tu travailles, dis-lui des mots doux

1 juin 2009

Rosalía López est, depuis 1946, à Rome, où saint Josémaria l’invita à venir. Elle venait de demander son admission à l’Opus Dei deux ou trois mois auparavant, lorsqu’elle travaillait à la première résidence de l’Œuvre à Bilbao, pour en assurer les tâches du foyer. Dès ce moment et jusqu’au départ de saint Josémaria au Ciel, le 26 juin 1975, Rosalia a travaillé au siège central de l’Opus Dei.

[lire la suite...]

Nous avons commencé à l’appeler Père

Lola Pardo, Espagne

17 mai 2009

Si mes souvenirs sont bons, je peux dire que j’ai connu le Père —c’est ainsi que nous appelons saint Josémaria— à la fin de la guerre civile espagnole.

[lire la suite...]

Ce trésor n’était pas que pour moi

Gianni Cuccuzzella, coiffeur, Milan, Italie

8 mai 2009

Lorsque je perçus le grand amour que Dieu me porte, je compris que ce trésor n’était pas que pour moi : j’allais le partager. J’ai découvert que je peux chercher la sainteté dans la vie ordinaire. J’ai saisi petit à petit, en réfléchissant à ce qu’on me disait dans les moyens de formation, que je peux trouver le Seigneur et sa Mère, l’intimité avec Dieu le Père, l’amour du Saint Esprit, et la capacité d’être l’ami de mes enfants et des gens que je connais.

Ma vie a trouvé un sens

Ngozi Okpara, professeur, Lagos, Nigéria

2 mai 2009

J’avais toujours voulu mener une vie droite qui me remplisse, mais je voyais bien qu’il y avait un abîme entre ma vie ordinaire et ma vie d’oraison. Désormais je ne peux plus faire de différence entre les activités ordinaires et mon oraison : je suis plus consciente de la présence de Dieu et ne peux plus regarder le monde en me tournant les pouces, il me faut participer activement à la vie de la société. C’est un défi. J’ai saisi combien Dieu m’aime et l’infinie miséricorde qu’Il a pour moi, ma vie a un sens et je souhaite de tout cœur que d’autres fassent la même expérience que moi.

Sa voix touchait les cœurs

Inés Dorronsoro, médecin, Pamplune, Espagne

7 avril 2009

C’est en 1960 que j’ai rencontré pour la première fois le fondateur de l’Opus Dei. J’étais en deuxième année de médecine. Plus que de sa personne, j’ai le souvenir de sa voix, chaude et vigoureuse lors d’une homélie à la cathédrale de Pamplune. Elle vous transperçait l’âme et vous portait à vous engager dans la vie chrétienne.

Père, je suis hébreu

Roberto Ackerman, Venezuela

24 février 2009

Assista à l’une des rencontres multitudinaires du mois de février 1975 que Josémaria Escriva de Balaguer eut au Venezuela

« J’ai été invité par un ami de l Œuvre à rencontrer le « Père » (Saint Josémaria). J’étais vraiment curieux de faire sa connaissance. Depuis j’ai toujours avec moi une image du fondateur de l’Opus Dei et je m’entretiens avec lui de temps en temps. Je ne le prie pas, parce que je n’ai pas la même religion que lui, mais je pense qu’il doit être au même Ciel que Dieu notre Père.

[lire la suite...]