AccueilTémoignages
Témoignages

Livrer sa vie au sacerdoce

Armando Lasanta, curé de paroisse à Alberite, La Rioja, Espagne

13 février 2009

Livrer sa vie au sacerdoce est quelque chose de formidable, de vraiment merveilleux.

Grâce aux moyens de formation que je reçois, nous dit le père Lasanta, prêtre depuis 1990, mon amour de l’Église, du Pape et du magistère n’a fait que grandir. Je suis ému de voir cette grande fidélité du pape au Christ. L’exemple du fondateur de l’Opus Dei m’a fait un grand bien. Il disait toujours qu’il fallait mettre en premier nos normes de piété, notre fréquentation du Seigneur à l’oraison, la célébration de la sainte messe, le soin des petits détails dans nos rapports avec les gens, l’assistance aux malades...

[lire la suite...]

Le Liban, pays en continuelle reconstruction

Juliana Aljure, architecte, Liban

10 février 2009

Les traits libanais de Juliana sont évidents, mais son arabe hachuré peut surprendre. Elle devine notre question et nous devance :

Mes grands-parents ont émigré de Kfour-el Arabi en Colombie au début du vingtième siècle. Mes parents nous ont communiqué leur grand attachement au Liban et, en 1997, j’ai tenu à revenir, sur les traces de mes ancêtres.

[lire la suite...]

Saint Josémaria, source d’inspiration

Palmira Laguens, artiste, Espagne

10 février 2009

À Torreciudad, sanctuaire de la Vierge, construit sous l’encouragement de saint Josémaria, il y a un vieux chemin que parcouraient les anciens pèlerins pour se rendre à la Chapelle, balisé désormais par quatorze de scènes représentant les « Douleurs et les Joies de saint Joseph».

[lire la suite...]

Catéchèse tous les samedis matin

Marcelo Sheppard, étudiant, Uruguay

10 février 2009

Des lycéens, avec une formation chrétienne solide, ont fait du catéchisme dans les quartiers marginaux de Montevideo aux enfants et aux adolescents. Au fil du temps, ils évoquent des histoires drôles et prennent conscience que, tout compte fait, ils en ont été les premiers bénéficiaires.

[lire la suite...]

Ce petit livre toujours sur moi

Emily Mwangi, Kenya

10 février 2009

J’ai connu l’Opus Dei à Kibondeni College, où j’ai été très heureuse tout au long d’une période d’études entraînantes. J’y ai obtenu le certificat national d’hôtellerie. Je vois maintenant qu’avec ce bagage professionnel, j’y ai reçu une bonne dose de formation culturelle et chrétienne qui m’aide non seulement à me conduire honnêtement et en toute droiture, mais à faire en sorte que ceux qui m’entourent y arrivent aussi.

[lire la suite...]

Dans le chantier de la mode

Sofia Carluccio, Uruguay

9 février 2009

C’est au Centre de Design Industriel que j’ai obtenu mon diplôme de designer industriel dans le domaine du textile et de la mode. J’avais cette profession dans le sang grâce à l’influence de ma mère qui a toujours été habituée aux trocs, pour faire des économies et surtout pour arriver à nous habiller, mes dix frères et sœurs et moi-même. Je crois que c’est d’elle que j’ai hérité cette veine artistique.

[lire la suite...]

Toucher le cœur de chacun

Lucia Vinco, Italie

8 février 2009

Lucia avait quatorze ans quand elle s’inscrivit aux cours de la Scuola Alberghiera Samara, en Italie. Elle a travaillé dans le secteur hôtelier à Milan, à Rome, à Naples, à Côme. Très soucieuse de la formation des jeunes dans ce secteur, elle a travaillé à la Safi, à Rome et dans d’autres écoles hôtelières. Actuellement elle suit des cours de Diététique.

[lire la suite...]

Tout feu, tout flamme, pour incendier le monde

Nadine Chirizzi et Bruno Mastroianni, Rome, Italie

6 février 2009

Les jeunes ont toujours occupé une place de choix dans le coeur de Josémaria Escriva. Le fondateur de l'Opus Dei voyait en eux une grande espérance, une flamme pour incendier le monde en lui donnant un nouveau souffle de vie.

[lire la suite...]

Mon cœur n’a fait qu’un tour

Rév. Masaharu Muraoka, prêtre, Nagasaki, Japon

1 février 2009

Après trente ans de prêtrise, en 1980, j’ai été affecté à une paroisse de Nagasaki. Un ami prêtre m’a vite présenté à un prêtre de l’Opus Dei. Lorsque j’ai commencé à lire les ouvrages de saint Josémaria, j’ai été enthousiasmé.

[lire la suite...]

M’entretenir avec Dieu dans les rues de Madrid

Cristina Rubio, chef d’entreprise et maîtresse de maison, Madrid, Espagne

30 janvier 2009

C’est de l’amitié et de la conversation avec Dieu que je tire toute ma force et mon entrain. Ainsi tous les matins je m’organise et vois quand je vais prier.

[lire la suite...]

Pour que les Japonais connaissent le Christ

Toshimi Nakai, Nagasaki Shinbun, Japon

29 janvier 2009

Depuis mon enfance, la constance n’a jamais été mon point fort et, de nombreuses fois, j’ai dû me repentir de ne pas avoir terminé quelque chose que j’avais commencé. Mais je dois dire que, sur ce point, il y a néanmoins une exception : lorsque je me suis converti au catholicisme.

[lire la suite...]

Accueillir de bon gré le handicap de mon enfant

Ann Jose Varavukala, educatrice spécialisée, New Delhi, Inde

28 janvier 2009

L’enseignement reçu dans les moyens de formation de la Prélature de l’Opus Dei, m’a beaucoup confortée. J’ai pu comprendre la profondeur des grâces que nous recevons dans les sacrements de communion et de pénitence. Je vois en Marie, Notre Mère, et dans la communion des saints, un secours dont j’ignorais la teneur. Tout ceci me conduit à accepter de bon gré le handicap de mon fils que j’accueille comme un cadeau de Dieu.

Giovanni Trapattoni, entraîneur de football, Italie

Humilité dans la victoire et sérénité dans la défaite

19 janvier 2009

Escriva a appris à de nombreux sportifs que leurs efforts dans l’entraînement et dans les compétitions, la convivialité avec leurs camarades, l’estime de leurs adversaires, l’humilité dans les victoires et la sérénité dans les échecs, sont un chemin concret pour atteindre Dieu et servir tous les hommes.

Je remuais beaucoup de vent

Silvia Mas, philologue, Lérida, Espagne

15 janvier 2009

C’est grâce à la générosité et l’optimisme que j’ai trouvés dans les écrits de mgr Escriva que m’a vie à pris une toute autre tournure. J’avais un peu plus de seize ans. Je menais une vie très agitée dans une ville de province : j’avais la hantise du rendement maximum, le regard sur la montre, les pas chronomètrés.

[lire la suite...]

Je croyais que la sainteté était une affaire de prêtres et de religieux

Roger Bissonnette, chauffeur de bus scolaires, Québec, Canada

15 janvier 2009

Je pratiquais ma foi, j’allais tous les dimanches à la messe et il ne m’était jamais venu à l’idée que je pouvais chercher la sainteté. Je me disais que ça ne concernait que les prêtres et les religieux. Or, lorsque ma femme m’a fait lire quelques homélies de saint Josémaria, j’ai découvert que je pouvais, moi aussi, être saint. Ce fut une grande nouveauté pour moi.